David Le Foll

Grade
Maître de conférences
Coordonnées
Coordonnées

UFR STAPS

 Université Rennes 2  Campus La Harpe  Avenue Charles TILLON  CS 24414 35044 RENNES CEDEX  FRANCE

Bureau 129 / Tel: 02.23.22.58.67


Laboratoire Violences, Innovations, Politiques, Socialisations et Sports (VIPS²)

 Campus La Harpe  Avenue Charles TILLON  CS 24414 35044 RENNES CEDEX  FRANCE

Bureau 129 / Tel: 02.23.22.58.67

Fonctions et responsabilités
  • Enseignant-chercheur en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS) - spécialité Psychologie du Sport / Psychologie Sociale
CV

Expériences professionnelles


De septembre 2013 à aujourd’hui

Fonction occupée - Maître de Conférences

Nom de l'employeur - Université Rennes 2

Laboratoire de rattachement - Violences, Innovations, Politiques, Socialisations et Sports (VIPS²), EA 4636

 

De septembre 2002 à septembre 2013

Fonction occupée - Chargé d'enseignement et de recherche

Nom de l'employeur - Université Rennes 2

 

De septembre 2010 à septembre 2013 (en détachement)

Fonction occupée - Chargé de l'évaluation des formations

Nom de l'employeur - Observatoire de la Qualité des Formations - EHESP

 

De octobre 2007 à septembre 2010

Fonction occupée - Ingénieur d'études en production et analyse de données statistiques en Sciences Humaines et Sociales (titulaire fonction publique IGE 2ème classe)

Nom de l'employeur - Observatoire des Parcours Etudiants et de l'Insertion Professionnelle de l'Université Rennes 2

 

De février 2006 à avril 2006

Fonction occupée - Chercheur post-doctorant en Kinésiologie

Nom l'employeur - Departement of Kinesiology - New-Brunswick University – FREDERICTON, CANADA

 

 

Education et formation


2001-2004

Doctorat en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS - spécialité psychologie sociale)

Titre de la thèse

"Attributions causales et persistance : De l’influence des attributions-état et des attributions-trait à l’évaluation des effets d’un programme d’entraînement attributionnel". Thèse soutenue le 16 décembre 2004 – mention "très honorable" avec les félicitations du jury à l'unanimité.

Nom de l'établissement

UFR Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives de l'Université Rennes 2

Qualifications

Qualifié aux fonctions de Maître de Conférences par le Conseil National des Universités dans les sections 16 (Psychologie, psychologie sociale, psychologie clinique), 70 (Sciences de l'éducation), et 74 (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives).

 

2000-2001

Diplôme d'Etudes Approfondies es Politique et Pratique de l'Education (équivalent Master 2)

Titre du mémoire

" Influence de l’orientation causale sur la persistance lors d’une tâche de putting en golf ". Mention "très bien"

Nom de l'établissement

UFR Sciences de l'Education de l'Université Rennes 2

Activités de recherche

Référence Projet scientifique VIPS² 2017-2022 :

  • Thème 1-a « Eduquer et intégrer »
  • Thème 1-b « Acteurs, violences et vulnérabilités »

Thématique de recherche N°1

Faire face à l’échec : Les stratégies d’intervention sur les attributions causales

Dans les domaines scolaires comme sportifs, les trajectoires des uns et des autres dépendent des succès mais aussi des échecs. En effet, les individus ne réagissent pas tous de la même façon face aux situations d’échec. Alors que certains s’entraînent, s’acharnent, d’autres, au contraire, abandonnent. De nombreux auteurs ont pu mettre en évidence que beaucoup d’échecs ne trouvent pas directement leurs sources dans le comportement de l’individu mais plutôt dans les croyances qu’il entretient vis-à-vis de la ou des causes responsables de l’événement (i.e., l’attribution causale).

Dès lors, les recherches entreprises visent principalement à évaluer l’efficacité d’un programme de réattribution en situation d’échec. L’objectif est alors de modifier ou d’orienter les perceptions des individus quant aux causes responsables de leur échec, et par extension leur persistance. Le modèle attributionnel de la motivation à l’accomplissement et des émotions de Weiner (1992) postule ainsi qu’il existe un lien entre les attributions causales émises par un individu et son comportement futur (e.g., abandon, persistance, performance).

Dans cette perspective, nos travaux ont notamment permis d’évaluer les effets à court terme d’un tel programme sur les cognitions et les comportements futurs des individus confrontés à une ou plusieurs situations d’échec. Sans entrer dans le détail des résultats, nous avons ainsi pu :

-           confirmer les données de la littérature sur la possibilité d’orienter les attributions causales émises par les individus à la suite d’une situation d’échec,

-           mettre en évidence que cette modification engendre des effets importants sur les attentes de réussite et la persistance.

Ainsi, les résultats ont révélé que les individus entraînés à attribuer leur échec dans la situation à des causes « démotivantes » (e.g., « Ne pas être doué pour l’activité », explication perçue comme stable et incontrôlable à court terme) émettent des attentes de réussite moins élevées et persistent moins que ceux entraînés à attribuer leur échec à des causes « motivantes » (e.g., « Manque d’effort et de concentration », explication perçue comme instable et contrôlable à court terme).

Nos travaux visent alors à mieux identifier l’efficacité des techniques d’intervention attributionnelle permettant de modifier les perceptions des individus quant aux causes responsables de l’échec, tant en contexte scolaire que sportif. Ces recherches se déclinent en trois axes complémentaires : (1) évaluer l’influence des feedback délivrés par les enseignants ou entraîneurs sur les cognitions et les comportements futurs des élèves ou sportifs ; (2) mettre en place des programmes d’intervention attributionnelle dans le but de modifier les attributions initiales « dysfonctionnelles » des individus à propos d’un événement pour les remplacer, le plus durablement possible, par d’autres que l’on sait plus adaptatives vis-à-vis de la performance future ; et (3) développer un plan de formation destiné aux enseignants et entraîneurs afin de leur apprendre à utiliser les principes attributionnels permettant de les aider à mieux réagir face à des individus en situation d’échec.

Axe 1 : Identification des attributions « fonctionnelles » et « dysfonctionnelles »

Avant d’intervenir avec des individus dans le but de modifier leurs causes perçues de l’échec, il est important d’identifier (i) les attributions « fonctionnelles », c’est-à-dire celles entraînant des conséquences motivationnelles positives (e.g., émotions positives, maintien du niveau initial d’attentes de réussite) et donc un comportement « fonctionnel », tourné vers la recherche de l’amélioration de la performance (e.g., augmentation des efforts, de l’engagement, de la persistance), et (ii) les attributions « dysfonctionnelles », c’est-à-dire celles aboutissant à des conséquences motivationnelles négatives (e.g., émotions affaiblissantes, baisse du niveau des attentes de réussite) et donc à un comportement « dysfonctionnel », passif, pouvant aller jusqu’à l’abandon de l’activité.

Ce travail empirique a donné des résultats convainquant quant à l’influence des attributions causales sur les cognitions, émotions et comportements futurs des individus confrontés à une situation d’échec. Ces recherches se voient complétées par un travail méthodologique conséquent. S’il est important d’identifier les causes perçues de l’échec chez certains individus afin, si cela s’avère nécessaire, de les modifier, il est aussi important que cette modification s’inscrive dans la durée. Dans cette perspective, nos travaux de recherche s’intéressent également au concept de style attributionnel, définit comme la tendance, générale et stable des individus, à privilégier certaines causes plutôt que d’autres, quelles que soient les situations rencontrées dans un même contexte. Néanmoins, les travaux menés ont mis en évidence la faible qualité psychométrique des outils utilisés. Nous avons donc décidé de travailler parallèlement sur la validation d’outils d’évaluation du style attributionnel.

Axe 2 : Les programmes d’intervention attributionnelle

Il s’agit ici de modifier les attributions causales, par une technique d’intervention, pour les remplacer par d’autres, plus bénéfiques à l’amélioration des « performances » futures. L’ensemble des travaux de recherche s’inscrivant dans ce deuxième axe a donc pour objectif l’élaboration et l’évaluation des effets, à court et moyen terme, d’un programme d’intervention attributionnelle sur les cognitions, les émotions et les comportements futurs des individus confrontés à une ou plusieurs situations d’échec. L’effet bénéfique des programmes d’intervention attributionnelle a d’ailleurs été confirmé dans le cas de la performance scolaire ou sportive, des problèmes de lecture, de la dépression, de la résignation apprise, ou encore de la motivation. Si l’ensemble de ces résultats laisse entrevoir des perspectives d’application prometteuses, il n’en reste pas moins qu’aujourd’hui, tant en contexte sportif qu’en contexte académique, de nombreuses questions restent en suspens quant à l’efficacité des programmes d’intervention attributionnelle. Nous sommes ainsi désireux de mieux appréhender, en situation naturelle d’activité, l’influence des messages attributionnels délivrés par les enseignants sur les attributions, cognitions, émotions et comportements des élèves confrontés à des tâches ou activités pour lesquelles ils n’ont pas d’expérience.

Axe 3 : Programmes d’intervention attributionnelle avec les formateurs.

Dans la continuité du deuxième axe, nous désirons proposer une perspective d’application des programmes d’entraînement attributionnel destinée aux formateurs (entraîneurs, enseignants, éducateurs, parfois les pairs). Nous considérons que ces derniers, « spectateurs et acteurs » privilégiés des succès ou échecs des individus auxquels ils s’adressent, pourraient être (mieux) formés aux « principes attributionnels ». Il convient notamment, de leur faire prendre conscience de l’impact que peuvent avoir les feed-back attributionnels qu’ils délivrent sur les comportements des individus.

Qui pour délivrer le programme de réattribution ? Peu d’études se sont intéressées au fait de savoir si le « statut » de la personne qui délivre le message attributionnel pouvait avoir une influence plus ou moins importante sur les comportements – au sens large – des individus auxquels il s’adresse. Pourtant, en psychologie sociale, de nombreux travaux menés dans le cadre de problématiques différentes ont mis en évidence, qu’en contexte scolaire, les comportements des pairs – notamment ceux des leaders désignés ou perçus comme tels - pouvaient parfois avoir autant sinon davantage d’influence sur les élèves que les comportements des enseignants eux-mêmes. La question de savoir qui est la personne la plus à même de délivrer efficacement le message attributionnel reste ainsi empiriquement ouverte.

Former le formateur. Cependant, quelle que soit la personne qui délivre le programme d’intervention attributionnelle, il convient de former celle-ci. Cela nécessite évidemment une intervention visant à apprendre aux formateurs à délivrer « correctement » le message attributionnel. Cela implique également selon nous, un travail visant à vérifier que les perceptions de la personne qui délivre le programme d’intervention concordent avec ce qui est véhiculé par ce dernier. Il semble en effet raisonnable de penser qu’un individu sera d’autant plus à même d’être efficace dés lors qu’il est lui-même convaincu de la pertinence du message qu’il délivre. Autrement dit, il convient de vérifier qu’il est possible de modifier durablement - lorsque cela est nécessaire - les perceptions de l’individu qui délivre le message attributionnel. A notre connaissance, peu de travaux se sont inscrits dans cette problématique. 

Thématique de recherche N°2

Axe 1 : Déterminants cognitifs, activités physiques et situation d'obésité

L’obésité est aujourd’hui reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) comme une épidémie mondiale. En 2016, plus de 1,9 milliards d’adultes étaient en surpoids (25 kg/m² < IMC < 30 kg/m2) dont 650 millions en état d’obésité (IMC ³ 30 kg/m2). La France n’est pas épargnée par ce constat et aujourd’hui, 32,3 % des adultes sont en surpoids dont 15 % en situation d’obésité. Cela est d’autant plus inquiétant que l’impact économique de la prise en charge de l’obésité représenterait 2.6% du PIB français et que, chaque année, 2,8 millions de décès seraient imputés aux complications qu’elle engendre. La Bretagne, bien que très active dans le traitement de l’obésité avec plus d’une dizaine de centres de prise en charge chirurgicale et un centre spécialisé de l’obésité (CSO) à Saint Grégoire, faisait état en 2012, de 12% de personnes obèses. Derrière ce chiffre, inférieur à la moyenne nationale, se cache pourtant une augmentation de près de 80% d’adultes obèses entre 1997 (6,7%) et 2012 (12%). Ainsi, et comme sur le reste du territoire, la lutte contre l’obésité doit être aujourd’hui considérée comme un axe de santé publique prioritaire.

A l’heure actuelle, les moyens thérapeutiques de prise en charge de l’obésité sont divers (suivis diététiques, traitements médicamenteux, programmes d’Activités Physiques Adaptées (APA)), mais ne parviennent généralement pas à diminuer suffisamment le poids corporel des personnes souffrant d’obésité. Dès lors, la chirurgie bariatrique est reconnue comme la méthode la plus efficace, permettant une perte de poids durable et une diminution significative des co-morbidités (diabète de type II, accidents cardio-vasculaires, certains cancers) (Brolin, 2002). En France, le nombre d’actes de chirurgie bariatrique est en constante augmentation et a triplé entre 2008 et 2014 (Hazart et al., 2018). La Bretagne connait la même évolution et fait partie des régions présentant le plus fort taux d’augmentation sur cette période (+3,66%). Dans ces conditions, la question de la réussite de ce traitement de l’obésité et du suivi post-opératoire des patients est devenue primordiale.

Malgré des résultats encourageants, la littérature scientifique fait état d’une reprise de poids chez les patients dans les années qui suivent l’intervention bariatrique, pouvant principalement s’expliquer par un maintien des habitudes de vie antérieures et une trop grande sédentarité. L’ AP, effectuée de manière autonome ou dans le cadre d’une orientation des patients vers des structures adaptées, s’avère alors être un indicateur important à analyser pour mieux comprendre cette fluctuation du poids en période post-opératoire (Herring et al., 2010). De plus, et au-delà de la perte de poids, l’objectif de la chirurgie bariatrique est également d’améliorer la qualité de vie perçue, l’estime de soi et la satisfaction corporelle des patients. Les études menées jusqu’ici mettent notamment en avant que les AP, en association avec la perte de poids inhérente à l’opération, permettent :

  • - d’augmenter le niveau de qualité de vie perçu (Lindekilde et al., 2015),
  • - de favoriser une plus grande perception de satisfaction corporelle (Sarwer et al., 2010),
  • - de développer une meilleure estime de soi (Grilo et al., 2005) favorisant la reprise d’une AP spontanée sur le long terme.

S’inscrivant dans une perspective psycho-sociale et constituant un angle d’analyse complémentaire aux données issues des sciences de la vie, l’objectif de ce projet de recherche est de mieux comprendre les bénéfices physiques (perte de poids) et psycho-sociaux (amélioration des niveaux perçus d’estime de soi, d’image corporelle et de qualité de vie) de l’AP dans le cadre d’un suivi post-opératoire, chez des patients obèses ayant subi une chirurgie bariatrique.

 

Axe 2 : Mieux comprendre l’évolution de la qualité de vie perçue après la chirurgie bariatrique sur un suivi post-opératoire des patients pendant 5 ans

La chirurgie bariatrique entraîne une perte de poids durable et l’amélioration des comorbidités liées à l’obésité. L’importance d’un suivi post-opératoire multidisciplinaire sur le long terme (jusqu’à 10 après l’intervention) apparaît aujourd’hui comme une des clés de la réussite de l’opération et du maintien de la perte de poids acquise [2]. Qu’il s’agisse de l’aspect diététique, psychologique ou physique, il est indispensable d’assurer une surveillance médicale adaptée au patient, au risque de voir apparaitre des troubles métaboliques, physiques ou psychiques, ou encore une reprise de poids. Or les dernières données délivrées par la Société Française et Francophone de Chirurgie de l’Obésité en 2016 nous indiquent que près d’1 patient sur 2 est « perdu de vue », 2 ans après l’opération.

D’autre part, si les données de la littérature donnent de nombreuses informations sur les effets anthropométriques et/ou physiologiques à court et moyen termes, peu d’études sont toutefois disponibles sur l’évolution de la qualité de vie perçue par les patients pendant les années qui suivent l’intervention. Ces (trop rares) études ont par exemple montré que le niveau perçu de qualité de vie augmentait après la chirurgie bariatrique, aboutissant, 2 ans après, à un niveau similaire à celui de la population « normale » [3-5]. Dans une récente étude, d’autres auteurs ont pu montrer que cette évolution positive de la qualité de vie perçue n’était pas linéaire mais présentait des phases critiques, notamment autour des 18 mois après l’intervention [6]. Néanmoins, les études s’intéressant aux effets de la chirurgie bariatrique sur la qualité de vie des patients n’ont jamais, à notre connaissance, analysé l’évolution de cette variable, en détail (tous les 3 mois) et sur le long terme (pendant 5 ans).

Ainsi, la mise en place de la solution digital web e-baros® à l’Hôpital des Côtes d’Armor par le Dr David Lechaux, dans le cadre d’une optimisation du suivi pré- et post-opératoire, permet d’apporter des réponses à cette double problématique. En effet, les patients sont suivis (de manière numérique et à distance) par le biais de réponses qu’ils donnent à plusieurs questionnaires en ligne sur l’application web, tous les 3 mois et pendant les 5 années qui suivent la chirurgie. Et à ce jour, le taux de « perdus de vue » à 5 ans est sous la barre des 20%, bien inférieur à la moyenne nationale. Les questionnaires portent principalement sur l’évolution du poids, des complications éventuelles, et de leur qualité de vie perçue. L’ensemble des réponses est enregistré sur une base de données sécurisée permettant une analyse statistique précise et détaillée de celle-ci, et comprenant à l’heure actuelle les données de plus de 1500 patients, suivis pendant 5 ans.

L’accès à la base de données issue de l’application e-baros® est donc ici une opportunité scientifique non négligeable dans la compréhension de l’évolution de la qualité de vie des patients après la chirurgie bariatrique. L’utilisation d’analyses statistiques pertinentes (analyse de régressions, analyse de profils latents, par cluster, etc.) intégrant des données pré-opératoires (âge, sexe, comorbidités, niveau d’activités physiques, niveau de qualité de vie, etc.), opératoires (technique chirurgicale utilisée, complications) et post-opératoires (complications, qualité de vie, activités physiques, etc.) pourrait alors permettre :

  • - D'identifier des profils psycho-comportementaux de patients favorables ou défavorables vis-à-vis d’une éventuelle reprise de poids après la chirurgie,
  • - De déterminer les conditions pré-opératoires optimum,
  • - D’identifier, dans l’évolution du poids et de la qualité de vie après l’opération, des phases « critiques » pour lesquelles un accompagnement de l’équipe médicale serait nécessaire,
  • - De développer un programme de suivi et d’accompagnement des patients à partir de l’analyse d’une cohorte de plus 1500 patients déjà opérés et suivis,
  • - De développer (intégration de nouvelles mesures comme l’image corporelle, l’estime de soi par exemple) et valoriser l’outil de suivi des patients e-baros®.
Activités d'enseignement

Encadrements mémoire Master (2019-2020)

- 1 étudiant Master 1 APA - parcours APPCM

- 1 étudiant Master 2 Management du sport

- 4 étudiants Master 1 (APA, DISC & Management du sport)

Enseignements (2019-2020)

- CM & TD Psychologie des APSA en Licence 1

- CM & TD Psychologie Sociale en Licence 3 « Education et Motricité »

- CM Psychologie et influences sociales en Licence 3 « Management »

- TD méthodologie de l’enquête par questionnaires en Licence 3 « Management »

- CM Psychologie sociale en Master 1 et Master 2 « DISC », « APPCM » et « Management »

Publications

Publications ACLI


Lechaux, D., Le Foll, D., & Rascle, O. (2020, in press). Weight loss and quality of life after Sleeve Gastrectomy or One-Anastomosis Gastric Bypass: Results of a prospective study of 120 women with morbid obesity. Obesity Surgery, 30(7), 2828-2831. (Q1 Surgery; IF : 3.603).

Le Foll, D., Lechaux, D., Rascle, O., & Cabagno, G. (2020). Weight loss and quality of life after bariatric surgery: a 2-year longitudinal study. Surgery of Obesity And Related Diseases, 16, 56-64. (Q1 Surgery; IF: 3.758).

Le Foll, D., Rascle, O., Marchal, M. & Cabagno, G. (2019). Perceived Motivational Climate and Unit Cohesion: The Case of French Soldiers in Training. Military Psychology, 31, 3, 233-240. (https://doi.org/10.1080/08995605.2019.1598219)

Le Foll, D., Lechaux D. & Rascle, O. (2019). Evolution de l’IMC et de la qualité de vie après la chirurgie bariatrique : Une étude longitudinale sur 2 ans. Obésité, 14(1-2), 37.

Lechaux, D., Le Foll, D., Dufay, C., & Daurat, M. (2019). Intérêts d’un objet connecté de santé (OCS) de type oxymètre de pouls après chirurgie bariatrique ambulatoire. Etude contrôlée. Obésité, 14(1-2), 6.

Lechaux, D., Le Foll, D., Dufay, C., & Daurat, M. (2019). Gastrectomie en manchon (sleeve) laparoscopique : Incidence de la rotation de la ligne d'agrafe sur les résultats postopératoires précoces. Obésité, 14(1-2), 51.

Rascle, O., Charrier, M., Higgins, N.C., Rees, T., Coffee, P., Le Foll, D., & Cabagno, G. (2019). Being one of us: Translating expertise into performance benefits following perceived failure. Psychology of Sport and Exercise, 43, 105-113. (https://doi.org/10.1016/j.psychsport.2019.01.010)

Rascle, O., Le Foll, D., Charrier, M., Higgins, NC., Rees, T., Coffee, P. (2015). Durability and generalization of attribution-based feedback following failure : Effects on expectations and behavioral persistence. Psychology of Sport and Exercise, 18, 68-74. (DOI:10.1016/j.psychsport.2015.01.003)

Le Foll, D., Rascle, O., & Higgins, N. (2008). Attributional feedback-induced changes in functional and dysfunctional attributions, expectancies for success, hopefulness, and persistence in a novel sport. Psychology of Sport and Exercise, 9(2), 77-101. (DOI: 10.1016/j.psychsport.2007.01.004)

Le Foll, D.,  Rascle, O., & Higgins, N. (2006). Persistence in a putting task during perceived failure: Influence of state-attributions and attributional style. Applied Psychology: An International Review, 55(4), 586-605. (DOI: 10.1111/j.1464-0597.2006.00249.x)

Le Foll, D., Rascle, O., & Coulomb-Cabagno, G. (2006). L’Intervention attributionnelle : Présentation, application au contexte sportif et perspectives de recherche. Revue Internationale de Psychologie Sociale, 19(2), 27-54. (http://www.cairn.info/revue-internationale-de-psychologie-sociale-2006-2-page-27.htm)

Rascle, O., Le Foll, D., & Higgins, N. (2008). Attributionnal retraining alters novice golfers's free practice. Journal of Applied Sport Psychology, 20(2), 157-164. (DOI:10.1080/10413200701805307)

Salama-Younes, M., Martin-Krumm, C., Le Foll, D., & Roncin, C. (2008). Qualités psychométriques du questionnaire d’évaluation du mode explicatif des enfants. Canadian Journal of Behavioural Science, 40(3), 178-184. (DOI: 10.1037/0008-400X.40.3.178)

 

Publications ACL :


Cabagno, G., Rascle, O., Le Foll, D., & Souchon, N. (2014). Réputation de l'arbitre et intentions aggressives en basket-ball : Effet modérateur du sexe des joueurs. Internatinal Review of Sport and Violence, 8, pp. 22-36.

 

Publications OS :


Le Foll, D. (2020). Le rôle des attributions causales. In P. Charitas, P. Fontayne, & O. Le Noé (Eds), Licence STAPS : Tout-en-un. Dunod. 2nde Ed.

Le Foll, D. (2017). Le rôle des attributions causales. In P. Charitas, P. Fontayne, & O. Le Noé (Eds), Licence STAPS : Tout-en-un. Dunod.

Rascle, O., Le Foll, D., & Cabagno, G. (2009). Contrôle et performance : l'apport des programmes de réattribution en contexte sportif. In Y. Paquet (Ed.), Psychologie du contrôle. De Boeck Ed

Le Foll, D., Rascle, O., & Coulomb-Cabagno, G. (2005). Un exemple d’intervention sur les croyances : les programmes de réattribution. In O. Rascle & P. Sarrazin (Eds.), Croyances et performances sportives : Processus socio-cognitifs associés aux comportements des pratiquants. Revue EPS.

Martin-Krumm, C., & Le Foll, D. (2005). Styles attributionnels et capacités de rebond après des échecs sportifs. In O. Rascle & P. Sarrazin (Eds.), Croyances et performances sportives : Processus socio-cognitifs associés aux comportements des pratiquants. Revue EPS.

 

Publications ACT :


Lechaux, D. & Le Foll, D. (2020). Sleeve vs. Bypass en Omega : Quelles évolutions de la perte de poids et de la qualité de vie lors d'un suivi post-opératoire sur 2 ans ? Actes du Congrès annule de la Société Française et Francophone de Chirurgie de l'Obésité et des maladies métaboliques (SOFFCOmm) 2020, Paris : 3-5 septembre.

Le Foll, D. (2019). L'activité physique adaptée en Sciences Humaines : Les déterminants psychosociaux de l'obésité. Communication présentée à la 3ème édition du séminaire du Master APA, Rennes : 10-11 décembre.

Le Foll, D., Lechaux, D., & Rascle. O. (2019). Sortir de l’obésité par la chirurgie bariatrique… et après ? Suivi sur 2 ans de l’évolution de l’IMC des patients et de leur perception de qualité de vie. Actes du 18ème Congrès International de l’Association des Chercheurs en A.P.S., Paris : 29-31 octobre.

Cabagno, C., Cazal, J., Le Foll, D., Le Yondre, F. & Attali, M. (2019). Anti-social and pro-social behaviors in soccer and rugby: The over-riding roles of coaches and sport values. Acts of the 9th World Congress on Science and Football (WCSF2019). Merlbourne (Australia) : 4-7 juin.

Cabagno, C., Cazal, J., Le Foll, D., Le Yondre, F. & Attali, M. (2019). Ethics in soccer and rugby: How to measure it? How to develop it? The example of the E4S project. Acts of the 9th World Congress on Science and Football (WCSF2019). Merlbourne (Australia) : 4-7 juin.

Lechaux, D. & Le Foll, D.(2019). Le suivi internet des patients après chirurgie bariatrique. Actes du 4ème séminaire du club-SOFFCO-jeunes. La Baule : 29-30 mars.

Le Foll, D., Rascle, O. & Marchal, M. (2018). Exercice du management et cohésion des groupes militaires : Le rôle du climat motivationnel. Actes du 4ème colloque en Management du Sport. Rennes : 6-7 juin.

Eluère, M., Le Foll, D. & Dieffenbach, K. (2017). Learn how to manage the after game: Attribution training program effects over elite athletes. Acts of the United States Center for Coaching Excellence’s 2017 National Coaching Conference. Atlanta, GA : 22-24 mai.

Higgins, N.C., Charrier, M., Rascle, O., Coffee, P., Rees, T., & Le Foll, D. (2016). Post-failure attributional feedback from an ingroup expert improves sport performance. Actes de la 77th CPA National Convention (p. 106). Victoria, BC.

Eluère, M., & Le Foll, D., (2016). Apprendre à gérer l'après-match : Les effets d'un programme de réattributionsur des sportifs de haut-niveau. Communication affichée présentée lors des journées nationales d’étude de la Société Française de Psychologie du Sport. Grenoble : 21-22 avril.

Higgins, N.C., Charrier, M., Rascle, O., Coffee, P., Rees, T., & Le Foll, D. (2016). Post-failure attributional feedback from an ingroup expert improves sport performance. Acts of the Canadian Psychological Association’s 77th annual national convention. Victoria (British-Colombia) : 9-11 juin.

Cabagno, G., Rascle, O., Le Foll, D., & Charrier, M. (2014). Reputation or situational informational about severity of referee : What information is preferably used by soccer players when they intend to behave aggressively ? Actes de la First International Conference on the Science and Practice of Sports Refereeing (pp. 45-46). Clermont-Ferrand : septembre.

Magdelaine, A., & Le Foll, D. (2012). Tendre vers une amélioration continue de la qualité pédagogique par un processus de recherche-action multidimensionnel. Actes du 17ème congrès mondial de l’Association Mondiale des Sciences de l’Education (pp. 291-292). Reims : 3-8 juin.

Rascle O., &  Le Foll, D. (oct. 2011). Que faire lorsque la porte qui mène à la réussite est cadenassée à double tour ? De l’efficacité des programmes de réattribution…. Communication présentée au sein du symposium « Si c’est mon prof qui le dit : identité sociale, compétence de la source d’influence et efficacité d’un programme de réattribution », lors du 14ème Congrès International de l’Association des Chercheurs en A.P.S., Rennes.

Salama-Younes, M., Roncin, C., Le Foll, D., Martin-Krumm, C. & Salama, M.(juin 2005). Similarités et différences de la structure factorielle de deux versions évaluant les styles explicatifs chez des pré-adolescents: le CASQ et le CASQ-R. Communication présentée lors du 3ème congrès internationale de psychologie de la santé de langue française, Aix-en-Provence.

Le Foll, D., & Rascle O. (nov. 2003). Rôles des attributions causales "trait" et "état" dans la détermination de la persistance à court terme en situation d’échec perçu. Communication présentée lors du 10ème Congrès International de l’Association des Chercheurs en A.P.S., Toulouse.

 

Publications AFF :


Le Foll, D., Lechaux D. & Rascle, O. (mai 2019). Evolution de l’IMC et de la qualité de vie après la chirurgie bariatrique : Une étude longitudinale sur 2 ans. Communication affichée présentée lors du Congrès annuel de la SOciété Française et Francophone de Chirurgie de l'Obésité (SOFFCO), Lille.

Lechaux, D., Le Foll, D., Dufay, C., & Daurat, M. (mai 2019). Gastrectomie en manchon (sleeve) laparoscopique : Incidence de la rotation de la ligne d'agrafe sur les résultats postopératoires précoces. Communication affichée présentée lors du Congrès annuel de la SOciété Française et Francophone de Chirurgie de l'Obésité (SOFFCO), Lille.

Le Foll, D., Rascle, O., & Charrier, M. (octobre 2013). Je persiste … ou pas : compétence perçue de la source endogroupe et efficacité de la réattribution. Communication affichée présentée lors du XVème Congrès International de l'Association des Chercheurs en A.P.S., Grenoble.

Higgins, N., Le Foll, D., & Rascle, O. (mai 2007). Attributional feedback-induced changes in functional and dysfunctional attributions, expectancies for success, hopefulness, and persistence in a novel sport. Communication affichée présentée lors de la 19ème conférence de l’Association for Psychological Sciences, Washington, DC.

Higgins, N., Le Foll, D., & Rascle, O. (juin 2005). Persistence in a putting task during perceived failure: Influence of state attributions and attributional style. Communication affichée présentée lors de la Conférence Internationale de l’Association Canadienne de Psychologie, Montréal.

Le Foll, D., & Rascle, O. (mars 2003). Attributions-trait et persistance : Influence de l’interaction de 3 dimensions causales. Communication affichée présentée lors des journées nationales d’étude de la Société Française de Psychologie du Sport, Paris.

Le Foll, D., & Rascle, O. (mars 2002). Attributions-trait et attributions-état : Influence sur la persistance lors d’une tâche de putting en golf. Communication affichée présentée lors des journées nationales d’étude de la Société Française de Psychologie du Sport, Limoges.

 

Publications AP :


Le Foll, D., (2016). La performance sportive : Une histoire d'influence. Communication invitée lors de la soirée de l'Association Sportive Orange Cesson. Cesson-Sévigné, 13 octobre.

Le Foll, D., (2016). Lorsque la psychologie du sport s'invite dans l'entreprise : Cohésion d'équipe et climat motivationnel. Communication invitée dans le cadre de la semaine "Sport en entreprise". Cesson-Sévigné, 20-21 juin.

Le Foll, D., (2010). Attributions causales et persistance : Influence des attributions-état et des attributions-trait et évaluation des effets d’un programme d’entraînement attributionnel. Thèse publiée aux Editions Universitaires Européennes.

 

Informations et cultures scientifique et technique :


Le Foll, D. & Guilbert, E. (mai 2019). Rendez-vous entre experts "Comment travailler la motivation à l’activité physique avant et après intervention ?". Congrès annuel de la SOciété Française et Francophone de Chirurgie de l'Obésité (SOFFCO), Lille.

Autres informations

Responsabilités administratives (universitaires et associatives)


- Responsable de la Licence 1 à l'UFR APS (depuis 2015-2017)

- Président de l'Entente Sénonaise Sports et Cultures (ESSC) regroupant 23 sections sportives et culturelles pour un total d'environ 800 adhérents (depuis 2015)

 

Autres activités d’enseignements et d’expertise


- Expertises revues STAPS, PSE

- Chargé de la coordination d’une Session Inter-Ecoles sur la « gestion de la sécurité lors des manifestations sportives » à l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP) (2013-2016)

- Chargé de l’évaluation des formations des Sessions Inter-Ecoles pour le compte du Réseau des Ecoles du Service Public (RESP) (depuis 2011)

- Président de jury lors des soutenances de mémoires pour le Certificat d’Aptitude aux Fonctions de Directeur d’Etablissement ou de service d’intervention Sociale (CAFDES) à l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP) (depuis 2013)